Interview de Clara, Conciergerie Enjoy Keys

Clara, la fondatrice d’Enjoy Keys à Salon de provence

"Mon plus gros challenge a été de me lancer ! un an plus tard, mon seul regret est de ne pas l'avoir fait plus tôt."

Clara Mourereau de la conciergerie Enjoy Keys à Salon-de-Provence

Clara a lancé Enjoy Keys, son activité de conciergerie à Salon-de-Provence. Partie de rien mais avec le soutien de ses proches, elle s’est lancée dans ce projet après avoir elle-même expérimenter la mise en location de son appartement. Passionnée par le contact humain, Clara a pressenti que cette activité avait de l’avenir dans la région de Salon-de-Provence. Aujourd’hui elle accompagne des clients habitués des systèmes « AirBnB » et recherchant un soutien, mais aussi les personnes qui souhaitent se lancer dans cette nouvelle expérience. 

Cet entretien est l’occasion de partager l’expérience d’une femme entrepreneure et de vous inspirer pour, pourquoi-pas, vous lancer à votre tour 🙂

Création site Internet WordPress Conciergerie Enjoy Keys Salon de Provence

Emilie

Bienvenue sur un nouvel épisode du podcast Working Girl. Et aujourd’hui je reçois Clara de la conciergerie Enjoy Keys. Bienvenue, très contente de parler avec toi et en plus de te recevoir à la maison.

Clara

Oui, ça me fait plaisir, ça faisait longtemps.

Emilie

Parce qu’en plus, c’est toujours plus sympa de discuter en face à face. C’est mieux que de faire un visio. Comment on s’est connue ? Du coup, je t’ai accompagné pour la création de ton site internet. Et comme on habite pas loin, on a des amis en commun.

Clara

Exactement, donc on peut se voir régulièrement.

Emilie

C’est vrai que c’est toujours super appréciable et sympa. Du coup, Clara, est ce que tu peux me parler de toi et de me parler de ton entreprise ?

Clara

Alors pour parler de moi, on va dire de mon parcours scolaire et professionnelle. J’ai passé un bac STG mercatique, après quoi je suis partie un an en Australie. Pour voyager, pour approfondir la langue et tout, c’était super cool. Et quand je suis revenue, le deal avec mes parents, c’était de reprendre des études. Donc j’ai passé un BTS tourisme et à cette période là, j’étais en couple et donc j’avais très envie de travailler pour me payer des voyages, tout ça. Donc je suis vite rentrée dans le monde du travail. J’ai travaillé à Zara pendant deux ans et demi et après ces deux ans et demi, je me suis reconvertie en tant qu’assistante commerciale chez Biotech Dental, une boîte à Salon-de-Provence. Et pareil, j’ai fait deux ans et demi. C’était c’était super intéressant, mais ça ne me plaisait plus trop. En fait, j’avais envie de changer. Je me suis un peu lassée et j’ai arrêté. Et il m’a fallu huit mois pour entreprendre ce projet de Enjoy Keys. Donc ça fait maintenant un an et demi que je suis sur le projet.

Emilie

OK super. Et du coup, comment tu en es arrivé à créer ton entreprise ? Est-ce que tu as toujours voulu entreprendre ou est-ce que ça s’est imposé à toi ? 

Clara

Pas du tout. Alors non, parce que j’aurais tendance à dire que j’ai des parents qui cherchent la sécurité, tu sais, qui sont plus dans le dans le mode avoir un CDI, une sécurité de travail, tout ça. Et puis personne ne l’a fait  chez moi. Il n’y a personne qui a ouvert sa boîte dans ma famille, donc c’est vrai que j’étais la première à le faire. Et en fait, c’est lorsque j’ai acheté mon premier appartement, il y a cinq ans, que je me suis mise dedans parce que je me suis rendue compte que quand je le mettait en location saisonnière, ça marchait plutôt pas mal. Et l’avantage, c’est que j’avais mon ex-conjoint, qui avait des horaires plutôt flexibles. Donc lui pouvait s’occuper de faire les départs, les arrivées, des voyageurs qui venaient chez moi. Moi, j’avais des horaires lambda, c’est-à-dire 9h-18h, j’étais pas toujours présente. Et en fait, ça, j’y pensais pas mal. J’en ai parlé autour de moi. Mon frère trouvait que c’était une bonne idée. On avait des amis en commun qui connaissaient des gens qui faisaient ça à Paris, à Lille, dans les grandes villes. Et c’est pour ça, je me suis dit pourquoi pas le tenter à Salon, au carrefour de pas mal de choses, il y a Aix, Marseille, les Baux de Provence. Donc, j’ai tenté l’aventure depuis depuis un an et demi, on va dire réellement neuf mois, on va dire depuis la fin du site internet, c’est ce qui a été un peu l’élément déclencheur du carnet d’adresses. 

Emilie

Oui, c’est vrai. Finalement, la région géographique, elle est pas mal aussi pour développer ce côté là, même si on parle d’une grande ville. Mais on a quand même des choses sympa à voir dans le coin. Il y a quand même pas mal de Airbnb autour de chez nous, mais il n’y avait pas spécialement beaucoup d’autres conciergeries, donc peu de concurrence.

Clara

Alors en terme de concurrence, j’avais regardé. C’est vrai que non, il n’y a pas énormément de concurrence. Donc ça, c’était un point fort pour moi. Après, il y en a un petit peu. Mais comme c’est, on va dire, c’est un métier à la mode et un peu nouveau, qui se développe à peine. Donc tu devais en avoir, je ne crois pas mal, vers Saint-Rémy-de-Provence, les Alpilles. Mais plutôt dans les grandes villes. À Salon de Provence, il y en avait pas forcément. C’est pour ça que je préfère rester sur un petit secteur. Je ne vais pas aller à Marseille, Aix, je reste vraiment localisée sur Salon-de-Provence. Au niveau secteur je suis sur Lamanon, Pellissane, Mallemort, les alentours jusqu’à Lambesc et et ça me convient bien et il y a de la demande.

Emilie

Qu’est ce que tu proposes comme services et comment tu accompagnes tes clients dans tout ce qui est conciergerie ?

Clara

Je propose plusieurs prestations. Qui va donc du départ, de l’arrivée du voyageur jusqu’à son départ. A l’arrivée, je réceptionne les voyageurs, je fais l’état des lieux de la maison, je présente les choses à savoir. Après, durant son séjour, je reste joignable quand il a besoin de moi. A son départ, je suis là, je remplace le propriétaire de la maison et je fais l’état général de la maison. Après, je m’occupe du ménage. J’ai aussi un service de maintenance. Si demain un propriétaire part pendant un mois, il me laisse sa maison et que les voyageurs qui y sont actuellement casse un carreau par exemple. Et le but, ce n’est pas d’appeler les proprio et de leur dire de se débrouiller pour réparer les carreaux, je vais leur en parler bien sûr puis je vais trouver moi, des artisans qui vont faire un devis. Je vais les dédouaner, qu’ils profitent de leurs vacances et qu’ils oublient tout ce qui se passe chez eux.

ça va être les principales prestations que je propose. Et après ça peut varier. S’il y a des gens qui ont un jardin et qui me demandent d’entretenir le jardin pareil, je peux le faire. Et c’est vraiment des prestations à la carte. Quand on me demande ce qu’on veut, si on veut que je ne m’occupe que des départs et des arrivées, si on veut que je fasse la gestion des réservations, c’est à dire m’occuper de mettre l’annonce en ligne, donc faire les photos, le texte de présentation, tout ça et uniquement ça, je ne peux faire que ça. En fait, vraiment, ça varie. Donc ce qui se passe, c’est que sur le site internet, donc, il y a un petit onglet devis ou ils me font une demande de devis et moi de suite, je contacte en leur demandant s’il est possible qu’on se voit. C’est plus sympa, je trouve, d’avoir un face à face et après de là me posent toutes les questions qu’ils veulent. Moi, j’ai une fiche découverte qui me remplissent et et à partir de là, je leur fais le devis environ 24h après.

Emilie

Tu es très réactive. Donc c’est vrai que ça ça joue une grosse différence quand quelqu’un a un besoin. Clairement tu les rappelles le jour même et que tu leur donne un tarif rapidement. Forcément ça fait la différence. Du coup, tu peux accompagner des gens qui ont déjà l’habitude de faire du Airbnb par leurs propres moyens et du coup tu vas arriver, tu vas les dédouaner d’une certaine charge de travail parce qu’ils ont envie de partir en vacances pour se libérer. Et tu peux aussi accompagner des gens qui, du coup, n’ont jamais fait ça et qui se posent la question est-ce-que je pourrai pas mettre ma maison principale ou même secondaire en location ? 

Clara

En fait, j’ai deux types de personnes. Il y a ceux qui qui connaissent bien le système Airbnb et qui ont toujours fait ça. Et et du coup, ils m’appellent parce que voilà, ils ont besoin de partir 2 mois, ils vont me dire Clara, est-ce que tu peux t’occuper de tout gérer, hormis la gestion des réservations ? Parce qu’on connaît le site, nous, c’est bon, on se débrouille. Il y a l’autre partie. C’est des gens qui c’est tout nouveau pour eux. Ils aimeraient des informations, faire du Airbnb, connaître les commissions sur les plateformes, comment ça se passe, au niveau des tarifs, tout ça. Des fois, ils me demandent de faire des estimations. Combien la nuit, ça pourrait être loué tout ça. Donc je les accompagne dans ce projet jusqu’à répondre à leurs attentes. 

Emilie

Si quelqu’un a envie de se lancer de mettre sa maison en location. Est-ce qu’il y a des pré requis à avoir, ou un certain type de maison ? Ou est-ce que finalement tout le monde peut se lancer ?

Clara

Tout le monde peut se lancer puisque moi j’ai commencé avec un appartement que j’ai toujours à Salon-de-Provence. Donc je n’ai pas d’extérieur, je n’ai même pas de balcon. Ça se loue. Après, voilà, je fais un prix correct parce que bien évidemment, je ne vais pas louer un appartement de 50 mètres carrés aux mêmes tarifs qu’une maison qui fait 160 mètres carrés avec piscine. C’est indéniable. Mais, tout le monde peut se lancer. On est dans une belle région et que les gens recherchent le soleil, tout ça. Et puis on a à proximité de tout. Comme je l’ai dit tout à l’heure, on est au carrefour de Marseille et d’Aix, même quelqu’un qui aimerait passer un séjour à Marseille, il peut se dire « Je vais à salon, au moins ça me permettrait de pouvoir aller à Avignon après, aller aux Baux-de-Provence ».

Emilie

Mais oui, clairement.

Clara

Moi, je trouve que c’est assez sympa de le faire et en fait, il n’y a pas de n’importe ou tu vas. Je trouve que c’est sympa le Airbnb, je le vois. Un exemple avec mon papa qui fait de la moto, il part des fois en France, un peu partout avec ma belle-mère, ils vont dormir dans des coins un peu perdus. Mais il y a des Airbnb, donc ça marche.

Emilie

Oui, finalement, on recherche aussi la tranquillité pour les vacances, dans les grandes villes, pour visiter mais aussi avec un peu de tranquillité. Ça peut être sympa pour se ressourcer.

Clara

Quand tu loues un AirBnB, c’est une indépendance. T’es pas dans un hôtel, tu peux rentrer à l’heure que tu veux, tu as les clés. C’est comme un chez toi, mais pas chez toi.

Emilie

Tu peux cuisiner aussi et économiser un peu sur les repas à l’extérieur. Et puis ça peut faire des vacances assez sympa. 

Tu vas bientôt fait été les 1 an de ton entreprise.

Clara

Le site internet tu me l’as terminé me semble en juin ou début juillet 2021. Clairement, ça été mon site internet qui a été l’élément déclencheur pour mon carnet d’adresses. C’est un peu ce que les gens veulent pas se leurrer, ils regardent sur internet quand ils doivent faire une recherche et ça a vraiment bien marché. Début juillet, j’ai commencé à avoir mes premiers clients, donc l’été dernier. Donc il faut savoir que l’été, ça fonctionne toujours beaucoup mieux que les périodes un peu creuses comme aujourd’hui. Bien que j’ai des personnes qui me demandent de la gestion des réservations à l’année sur un appartement ou une résidence secondaire. Mais tu triples les biens en été puisque tu as des gens qui partent et qui vont te demander voilà pendant deux mois. Clara, occupez vous de mon bien, tu en as beaucoup plus. L’année dernière, j’avais quelques biens et ce n’était pas de tout repos. Et là, je pense que ça va être d’avantage et c’est bon signe. 

Emilie

C’est une période chargée. Mais on va me dire que ça fonctionne et que c’est une bonne chose.

Clara

Mais oui, voilà. Puis je me dis allez, c’est quoi c’est quatre à cinq mois dans l’année qui vont être un peu intenses. Après, si c’est un peu plus tranquille, tant mieux. ça peut me permettre de souffler un peu les autres mois de l’année.

Emilie

Je pense qu’après tu as besoin d’une cure de vitamines après l’été !

A bientôt un an d’entreprise, est ce que tu peux me dire quel a été ton plus gros challenge durant cette année ?

Clara

Mon plus gros challenge. Alors, hormis le fait de me lancer, hein ? Parce que c’est quand même quelque chose de tout nouveau.

En fait, c’est le truc de se dire est ce. Est ce que c’est un bon projet ? Est ce que ça va fonctionner ? Est ce que les prix sont attractifs ? Est-ce que si ? Est-ce que ça ? Et une fois que tu te lances, il faut juste de la motivation. Parce que c’est sûr que si tu n’es pas motivé, ça ne fonctionne pas. Voilà. Mais je vais dire ça. Et le fait d’apprendre tous les jours de nouvelles choses sur tout ce qui est la partie administrative, l’URSSAF, les impôts.

Emilie

L’Administratif ! Même si on est en auto-entreprise et que c’est simplifié, mais malgré tout il faut savoir le faire. 

Clara

Il faut prendre le temps, c’est pas mon domaine tout ça.

Emilie

C’est pas ma passion !

Clara

Mais non, ça l’est pas et c’était dur parce parce que des fois tu n’y peux rien, t’as pas envie de faire mal les choses et que dans deux ans, les impôts te tombent dessus. Tu vois, ils te disent vous nous devez tant.

Emilie

Vous avez fait une erreur dans une déclaration. Oulala, il ne faut pas trop qu’on y pense, parce que sinon on en dort plus la nuit.

Clara

On va dire ça que mon challenge le plus gros c’était de me lancer. Après l’avantage, c’est vrai, c’est que je suis quand même pas mal soutenue, même si personne n’a pu réellement m’aider puisque personne dans mon entourage n’a ouvert une boîte. Tu as quand même le soutien et ça, ça fait du bien. Des gens que tu connais qui te disent ça va marcher, c’est un bon projet.

Emilie

Tu as été soutenue par tes proches  même s’ils n’étaient pas dans l’entrepreneuriat.

Clara

C’est ça, des fois tu as des doutes. Alors des fois tu te dis je baisse les bras ou pas. Et quand t’entends ça, ça te met du baume au cœur. Tu te dis non, on lâche pas, ça va fonctionner. Donc c’est plusieurs challenges et on va dire là, ça va être cet été mon gros challenge. On va voir le chiffre que je ferai. Ça reste aussi la partie financière. Mine de rien, le challenge de se dire, cet été j’espère faire tant et j’espère faire tant de plus quoi.

Emilie

On se fixe des objectifs et on essaye de s’y tenir. J’ai une dernière question. Si c’était à refaire, toute cette aventure, tu ferais les choses différemment ou tu ferais pareil ?

Clara

Alors je ferai tout pareil. Mais j’ai eu un moment entre la fin de mon travail en tant qu’assistante commerciale et le début de mon projet, j’ai eu huit mois un peu compliqués dans ma vie personnelle ou je n’étais pas très très bien, et j’ai perdu ces huit mois pour moi. J’aurais dû commencer un peu plus tôt, mais bon, je n’avais pas le moral et c’était un peu compliqué. Donc c’est ces huit mois là qui ont été un peu perdus, on va dire. Mais après non, je ne regrette pas du tout de m’être lancée là dedans, au contraire. Puis, mine de rien, tu rencontres des gens, tu as des clients qui deviennent des amis, des gens que tu vois régulièrement. Là, vendredi, je vais manger chez des clients.

Emilie

Trop cool. Ce n’est pas dans le fait de manger chez eux, mais ce n’est pas pour le business, c’est pour le plaisir.

Clara

Exactement, tu as ce lien, bien que ça reste professionnel, c’est amical aussi.

Emilie

Finalement, ça va un peu plus loin.

Clara

Et c’est super cool quoi. Tu rencontres plein de gens et c’est agréable quant il y a cette partie là. On va dire que j’ai quand même plusieurs parties, il y a la partie seule quand je m’occupes des logements, ou plutôt que des départs, des arrivées, du ménage toute seule, on va dire entre guillemets. Après à la partie chez toi ou tu fais tout à l’ordinateur, t’es un peu seule et après moi, ce que j’aime bien, c’est la partie ou quand les gens me demandent des devis, de les rencontrer. Et là, tu parles avec eux, tu réponds à leurs questions, tu les découvre et des fois tu tombes sur des gens un peu moins sympathiques, plutôt un peu froids. Tout ça, c’est la vie. Et des fois, tu tombes sur des gens très cool, très sociable. C’est apprécié.

Emilie

Un peu comme toi.

Clara

Et là, tu parles, tu papote, ça se raconte sa vie. C’est énorme et c’est chouette. Ce sont de belles rencontres.

Emilie

Finalement, le côté humain, il est vachement important dans ton métier, un aspect que tu adores.

Clara

Il me fallait ce côté humain, c’est ce que je n’avais pas dans mon ancienne boîte, j’étais derrière un bureau toute la journée, je répondais au téléphone. Oui, je parlais avec des docteurs, mais c’était très professionnel et c’était assez redondant et là, tu varies quand même pas mal de choses.

Emilie

Tu fais des rencontres, des profils différents aussi, des gens qui ont une histoire différente.

Clara

C’est un melting pot, de gens différents, qui est trop cool. J’aime bien, franchement. Donc non, je ne regrette absolument pas. Je ne regrette pas du tout. Au contraire, voilà le seul petit regret. Mais bon, je dis qu’il ne faut pas avoir de regrets dans la vie. Une petit regret, ça aurait été de m’y mettre un peu plus tôt, de ne pas avoir perdu ces huit mois. Mais très contente de m’être lancée.

Emilie

Moi aussi j’ai mis du temps avant de me lancer, même des années avant d’oser franchir le pas. Je pense que je l’aurais jamais fait, je l’aurais regretté toute ma vie, en fait. De donner la chance à ton entrepris, se donner les moyens…

Clara

Puis c’est courageux quand même, je pense qu’il y a pas tout le monde qui le fait.

Emilie

On est des femmes courageuses en fait !

Clara

On peut se le dire, on est courageuses !

Emilie

On se jette des fleurs (RIRES)

Clara

Non, mais c’est vrai, c’est vrai. C’est le risque de ne pas avoir un salaire correct pendant quelques mois. 

Emilie

Oui, alors j’ai envie de dire que tu es encore plus courageuse que moi. Malgré tout, quand je me suis lancée, j’étais déjà en couple, donc avec un chéri avec un salaire qui rentre, c’est plus facile.

Clara

Oui, c’est clair que je l’étais un peu plus (RIRES).

Clara

Après, l’avantage, c’est que bon, j’ai mon appartement, j’ai mes parents. Je sais qu’ils me laisseront pas tomber s’il m’arrive quelque chose. Mais après, le but, c’est d’être indépendante. Mais ce qui m’a aidée aussi, c’est d’avoir ce chômage pendant un an et demi, deux ans pour me permettre de me lancer parce que sans ça, tu n’as pas de salaire. Tu fais comment ?

Emilie

C’est vrai que c’est bien de créer son entreprise lorsque l’on est demandeur d’emploi avec des droits. 

Clara

Tout est bien. Après il faudrait juste que l’Etat diminue un peu les frais de l’Urssaf et ça serait parfait.

Emilie

Quand tu vois les différents statuts, c’est pas les mêmes charges et en fait tu te dit Oh mon dieu ! Mais finalement, le pourcentage de l’Urssaf, je l’aime.  Après c’est vrai que tu peux aussi déduire certains frais que là nous en tant que micro-entreprise, tu peux pas déduire tous les frais de déplacement. Exactement. On se retrouve aussi dedans. Peut-être que ça fera l’objet d’un nouvel épisode de mon podcast.

Clara

C’est tellement pas mon domaine.

Emilie

Donc je t’inviterais pas (RIRES).

Clara

Non, je déteste ça.

Emilie

On est obligé de se forger une expérience dans la compta, obligé de s’y mettre. Mais chacun sa spécialité, quoi. Moi, c’est pas ça non plus.

Emilie

Pour revenir à ce que tu me disais tout à l’heure avant qu’on commence l’interview, tu me parlais du site internet et tu me disais que tu avais 80 % de tes contacts qui viennent de ton site https://conciergerie-enjoykeys.com/. 

Clara

Le site internet a été l’élément déclencheur, alors pourtant je n’y croyais pas forcément. J’étais persuadée qu’en faisant une page Facebook, une page Instagram, ça suffirait. Seulement ça, ça touche les jeunes de notre génération. Les personnes qui aujourd’hui ont des biens, des villas, tout ça, je le souhaite à tout le monde. Mais ils sont quand même un peu plus âgés, de 50 à 80 ans.

Emilie

Oui, tu as une cible plus âgée. 

Clara

Pendant un moment, je n’ai pas fait de site Internet jusqu’au jour ou j’en ai  parlé avec mon frère. Il m’a donné tes coordonnées parce que tu t’étais occupé du site internet de sa société. Ça a été, je pense, l’élément déclencheur, qui m’a fait connaître clairement, puisque j’ai 80 % de personnes qui me contactent via le site et les 20 % autres c’est du bouche à oreille. Et ça, c’est une question que je pose systématiquement quand j’ai des personnes qui viennent à moi. Comment vous avez entendu parler de moi ? Et le site Internet retombe tout le temps parce que les gens aujourd’hui ont envie de chercher une prestation de service, ils tapent sur Google, un service de conciergerie à Salon. Et puis du coup, mon site ressort. Alors ça, tu vois, ça fait partie de mon gros point fort, de ma de ma boîte, le site internet.

Emilie

On n’avait pas encore pu parlé de chiffres par rapport à ta clientèle et je découvre ces chiffres. Je suis super contente pour toi et aussi parce ça veut dire que le travail est bien fait. Pour donner de la visibilité à un site internet, il y a le référencement naturel qui doit être mis en avant. Et je pense que ce résultat est du au fait que ton site a été optimisé. On a vu ensemble les mots clés à utiliser, conciergerie, Salon-de-Provence principalement, et les autres villes alentours. On a bien travaillé sur cette expression clé et du coup, les gens qui recherchent cette expression sur les moteurs de recherche, c’est comme ça qu’ils te trouvent. Mais il y a aussi le fait qu’il n’y ai pas énormément de concurrence dans ton secteur. Ces deux points permettent que tu ressortes bien dans les moteurs de recherche. Je fais cette précision parce que, selon les villes, il y a beaucoup plus de concurrence et c’est plus difficile de ressortir dans la première page de Google. Des fois, il faut faire des actions de référencement, tous les mois, il faut travailler, etc. Pour mon activité, je l’ai fait aussi dans des villes qui ne sont pas très grandes, Istres, Martigues. J’ai référencé mon site sur les mots clés, « graphistes Istres et Martigues ». Et du coup, je ressort super bien. C’est vrai que c’est un petit peu plus facile que quand on est à Paris ou il y a 125 graphistes autour de toi. Il faut faire un peu plus d’efforts. Mais bien sûr, c’est possible, mais ça demande plus d’efforts.

Donc écoute, je suis super contente, ça me fait très plaisir.

Clara

Je suis super contente aussi. Franchement, c’est c’est cool. C’est un beau projet qui me tient à cœur et je suis contente de la manière dont ça démarre bien.

Emilie

Écoute, je te souhaite encore pleins de clients, pleins de belles rencontres de clients qui deviennent des potos, avec des petits apéro.

Clara

Ça rigole, mais c’est ça, c’est exactement ça. C’est cool. 

Emilie

Merci beaucoup.

Clara

Merci.

Emilie

Puis à très bientôt.

Clara

À très bientôt.

Pour découvrir la conciergerie Enjoy Keys

Tu recherches un graphiste & web designer de confiance ?

Comme tout bon travail collaboratif, le feeling est très important, c'est pourquoi je te propose de réserver un appel découverte avec moi pour voir si nous sommes prêts à travailler ensemble.